Le Voyage d'Erasme - Jean-Marc Eder

Rédigé par @xG - Classé dans Accueil

20
03 | 14


Mots clés : Jean-Marc Eder; Le Voyage d'Erasme, Spectacle, Théâtre - aucun commentaire

La Forêt (vert presque vert)

Rédigé par @xG - Classé dans Accueil

02
09 | 13


6ème Festival Premiers Actes
La Forêt (vert presque vert)

une comédie cauchemardesque de Stéphane Arcas
avec
Cécile Chèvre, Guylène Olivares, Ugo Dehaes
création sonore
Roeland Luyten

Une forêt. Au premier plan, trois personnages et, en toile de fond, la question de l'identité. Le spectateur se retrouve face à  un objet absurde à la fois totalement familier et complètement étranger. La Forêt est une comédie cauchemardesque, et on ne peut que s'y laisser perdre.

Je me trouvais, là , en suspension, là , au niveau du plafond du quatrième étage, avec rien sous moi, là , avec rien à quoi se raccrocher. Le tumulte de la soirée, la chaleur écrasante du mois de juillet, le bar où je devais me rendre, tout ça, complètement détaché de moi. Et, moi, là , en suspension. Quinze mètres au-dessus du sol. Un centième de seconde, approximativement, mais, en suspension. Complètement détaché. Du sol, du plafond, des murs. Seul. Et, quand on est là... L'unique échelle du temps qui soit réelle, est la nôtre, celle que l'on éprouve. Et après, une longue, très longue descente, très douce, très lente, à mon rythme, pendant la seconde et demi la plus longue de ma vie. Un moment très calme.
Puis, je me suis retrouvé là , au sol, comme ça. Après j'ai parlé à des pompiers, des docteurs et... Je ne sais plus très bien. Ce n'était pas très intéressant. J'ai fermé les yeux et j'ai dormi... (...)
Ce qui a profondément changé c'est que maintenant je sais que j'accepte de faire partie de la masse. Parce que cette masse est juste faite d'éléments comme moi, tous seuls, en suspension. Tous, en lévitation, en contact avec rien, perdus dans une forêt sans limites. Tous, dans un flottement chaotique. Avec, de temps à  autre, quelques rebonds sur le sol pour avoir l'illusion d'adhérer.


Retrouvez les photos du spectacle dans les Galeries


Mots clés : Festival Premiers Actes, Wesserling, La Forêt (vert presque vert), Stéphane Arcas, Cécile Chèvre, Guylène Olivares, Ugo Dehaes, Roeland Luyten, Théâtre - aucun commentaire

 

La Guérison infinie

Rédigé par @xG - Classé dans Accueil

01
09 | 13


6ème Festival Premiers Actes
La Guérison infinie

d’après le dossier médical d’Aby Warburg
mise en scène et adaptation de Raphaël Patout

avec Pearl Manifold
coproduction Cie La Chambre Noire - Cie Mala noche
une proposition du Festival de Caves

Aby Warburg, historien de l’Art, est victime d’une crise de psychose aigüe : il croit être responsable de la défaite de l’Allemagne et menace les membres de sa famille avec un revolver. Condamné par le diagnostic d’un psychiatre, il est interné. Il se lance alors dans la recherche scientifique, ou comment décrire les formules du pathos. Finalement, sans le savoir, Aby Warburg écrit une œuvre magistrale dans le domaine de l’Histoire de l’Art : l’Atlas Mnémosyne.

Retrouvez les photos du spectacle dans les Galeries


Mots clés : Festival Premiers Actes, Wesserling, La Guérison infinie, théâtre, Raphaël Patout, Pearl Manifold - aucun commentaire

 

L'Appel de la Forêt..... [Tout ce vide me bourre la panse]

Rédigé par @xG - Classé dans Accueil

26
08 | 13


6ème Festival Premiers Actes
Tout ce vide me bourre la panse

un projet de Clément Goethals
avec Lucile Charnier, François Gillerot, Aurélien Labruyère, Nina Lombardo
costumes Marine Vanhaesendonck
assistante dramaturgie Hélène Beutin

Végétaux comme êtres humains formant un tout solidaire ne les empêchant pas d'exister à part en-tière. L'Homme, dans ce milieu primitif, questionne ce qui le touche à l'essentiel : son rapport aux autres, à l'Autre. Pour parler d'essentiel, passer par l'Essence. Faire parler des corps paysages, des corps vivants, des corps arbres, des corps sans rides au milieu de l'écorce malmenée. Des corps en interaction avec leur environnement, qui portent les stigmates du temps. Naître. Grandir. Chanceler. S'abattre. Mourir.
Mais pas de fin en soi, des questions ouvertes, qui se posent à chaque nouvelle existence. Profiter du cadre de la forêt, de cette analogie entre la foule d'êtres vivants et la perception subjective de l'existence pour traiter de la solitude.

Retrouvez les photos du spectacle dans les Galeries

Mots clés : Festival Premiers Actes, Clément Goethals, Wesserling, théâtre, Tout ce vide me bourre la panse - aucun commentaire

 

Embrasser la Lune | TJP Strasbourg

Rédigé par @xG - Classé dans Galeries

09
11 | 10


Avec Marie-Anne Jamaux et Luc Fontaine
Conception et écriture : Eve Ledig, Jeff Benignus, Sabine Siegwalt
Composition et direction musicale : Jeff Benignus
Scénographie et costumes : Sabine Siegwalt
Création lumière : Gerdi Nehlig
Conseil pour le mouvement : Charlotte Delaporte
Régie générale : Frédéric Goetz
Construction : Olivier Benoit à la Machinerie - Strasbourg

Création le fil rouge théâtre - Mise en scène Eve Ledig

Tout près du ciel, elle dort. Ce chant qui s’échappe de ses lèvres, doux comme un murmure, on dirait du Mozart. Non loin de là s’affaire celui qui rassemble la matière de ses rêves. Elle ne le voit pas. La nuit est pleine de mystères. Une ombre passe sur son visage. La voilà qui rit à présent. Puis colère et tempête. Elle met tout à terre. Les émotions la chavirent. Le ciel aussi se déchaîne. Elle se relève, se hisse sur la pointe des pieds. Le ciel s’éclaire. En équilibre fragile entre veille et sommeil, elle avance. Elle chante à pleine voix maintenant. Lui aussi chante. C’est du Schubert. La nuit est pleine de mystères. On dirait qu’elle a grandi. Raconter quelque chose de la nuit des enfants, de ce moment d’intimité avec soi-même, avec ses pensées, ses rêves, de la solitude, nécessaire à tout âge. On l’oublie parfois, l’enfant petit se construit aussi dans la solitude.

Mots clés : le fil rouge théâtre, Eve Ledig, Marie-Anne Jamaux, Luc Fontaine, Jeff Benignus, Sabine Siegwalt, Théâtre - aucun commentaire

 

La Route vers la Mecque - Athol Fugard | La Comédie de l'Est

Rédigé par @xG - Classé dans Galeries

29
09 | 10



avec Blanche Giraud-Beauregardt
Yves Reynaud
et
Catherine Salviat
Sociétaire honoraire de la Comédie Française

Texte français Séverine Magois
Mise en scène Jean-Marc Eder
Assisté de Simon Vincent
Lumières Stéphanie Daniel
Scénographie Thibaut Welchlin et Jean-Marc Eder
Interventions plastiques Alexophe
Costumes Thibaut Welchlin
Régie générale Sébastien Lorentz

Création
Comédie de l'Est - Colmar
29, 30 septembre et 1er octobre 2010


L'action se déroule dans le salon / chambre à coucher de Miss Helen, à New-Bethesda, petit village situé au cœur du désert hostile du Karoo en Afrique du Sud.
Nous sommes un samedi soir d'automne.
Miss Helen, sculptrice septuagénaire, reçoit la visite d'une jeune amie, Elsa, une institutrice engagée contre l'apartheid, venue précipitamment de Cape Town, à environ 1000 km, après avoir reçu un courrier désespéré de la vieille dame.
L'assemblée du village a, en effet, généreusement proposé à Miss Helen une place dans une maison de retraite située à une centaine de kilomètres de là. Un moyen d'éloigner enfin cette "folle" qui remplit son jardin de sculptures de chameaux et de pèlerins orientés vers l'est et qui a recouvert toutes les pièces de sa maison de géométries colorées et lumineuses.
Le pasteur Marius Byleveld doit venir dans la soirée rechercher le formulaire d'inscription signé.
L'affrontement entre cette artiste au bout de son œuvre et en proie au doute face à la mort, cette jeune femme engagée contre l’apartheid et en quête de liberté et ce pasteur garant de l'unité de la communauté, révèlera la force d'une vie consacrée à l'art mais aussi la solitude qu'engendre ce choix.

Mots clés : Le Mythe de la Taverne, Jean-Marc Eder, Blanche Giraud-Beauregardt, Catherine Salviat, Yves Reynaud, Théâtre, Comédie de l'Est - aucun commentaire