L'Appel de la Forêt..... [Tout ce vide me bourre la panse]

Rédigé par @xG - Classé dans Accueil

26
08 | 13


6ème Festival Premiers Actes
Tout ce vide me bourre la panse

un projet de Clément Goethals
avec Lucile Charnier, François Gillerot, Aurélien Labruyère, Nina Lombardo
costumes Marine Vanhaesendonck
assistante dramaturgie Hélène Beutin

Végétaux comme êtres humains formant un tout solidaire ne les empêchant pas d'exister à part en-tière. L'Homme, dans ce milieu primitif, questionne ce qui le touche à l'essentiel : son rapport aux autres, à l'Autre. Pour parler d'essentiel, passer par l'Essence. Faire parler des corps paysages, des corps vivants, des corps arbres, des corps sans rides au milieu de l'écorce malmenée. Des corps en interaction avec leur environnement, qui portent les stigmates du temps. Naître. Grandir. Chanceler. S'abattre. Mourir.
Mais pas de fin en soi, des questions ouvertes, qui se posent à chaque nouvelle existence. Profiter du cadre de la forêt, de cette analogie entre la foule d'êtres vivants et la perception subjective de l'existence pour traiter de la solitude.

Retrouvez les photos du spectacle dans les Galeries

Mots clés : Festival Premiers Actes, Clément Goethals, Wesserling, théâtre, Tout ce vide me bourre la panse - aucun commentaire

L'Appel de la Forêt..... [Tout ce vide me bourre la panse]

Rédigé par @xG - Classé dans Accueil

26
08 | 13


6ème Festival Premiers Actes
Tout ce vide me bourre la panse

un projet de Clément Goethals
avec Lucile Charnier, François Gillerot, Aurélien Labruyère, Nina Lombardo
costumes Marine Vanhaesendonck
assistante dramaturgie Hélène Beutin

Végétaux comme êtres humains formant un tout solidaire ne les empêchant pas d'exister à part en-tière. L'Homme, dans ce milieu primitif, questionne ce qui le touche à l'essentiel : son rapport aux autres, à l'Autre. Pour parler d'essentiel, passer par l'Essence. Faire parler des corps paysages, des corps vivants, des corps arbres, des corps sans rides au milieu de l'écorce malmenée. Des corps en interaction avec leur environnement, qui portent les stigmates du temps. Naître. Grandir. Chanceler. S'abattre. Mourir.
Mais pas de fin en soi, des questions ouvertes, qui se posent à chaque nouvelle existence. Profiter du cadre de la forêt, de cette analogie entre la foule d'êtres vivants et la perception subjective de l'existence pour traiter de la solitude.

Retrouvez les photos du spectacle dans les Galeries

Mots clés : Festival Premiers Actes, Clément Goethals, Wesserling, théâtre, Tout ce vide me bourre la panse - aucun commentaire